La Dyspraxie

Publié le par SylvieMJ

C'est l'article le plus personnel que j'ai pu faire jusqu'à ce jour.

Parmi les "dys", il existe un handicap peu connu : "La Dyspraxie".
L'un de mes enfants en est atteint, et c'est grâce au médecin scolaire que le diagnostic a été fait, dans sa onzième année.

Ce handicap est très peu connu, c'est une grande difficulté à maîtriser les gestes fins de la vie quotidienne, mais aussi un déficit au niveau du mouvement.

Mon fils n'a réussi à faire du vélo que vers l'âge de 10 ans, il a su faire ses lacets dans la même année, mais surtout maintenant, à bientôt 12 ans, son écriture n'est pas celle d'un enfant de 4ème, loin de là !

A coté de cela c'est un enfant précoce, il a un an d'avance et était largement en tête de sa classe. Et voilà l'addition que certains professeurs ont du mal à faire : handicap + précoce. ou même simplement l'existence d'un "handicap physique invisible". Et certains élèves ont vite fait de harceler l'enfant différent et peu sûr de lui, mais d'autres sont choqués de ces comportements et interviennent... parfois.

Mais nous, parents, n'avions non plus jamais pensé qu'il puisse être handicapé. Nous lui avons présenté nos excuses pour les pages d'écriture que nous lui avons faites faire, pour rien, en vain. Pour le reste nous nous disions qu'il arriverait bien à faire ses lacets un jour (jusqu'à peu je lui trouvais encore des chaussures à "scratchs") et faire du vélo n'est pas vital. Mettre ses vêtements à l'envers ? Pour nous c'était du manque d'attention. Bref le monde s'est éclairé pour notre "petit" dernier lorsque le diagnostic a été établi et que (après plus d'une année de tests et démarches) les Institutions l'ont officiellement reconnu handicapé. Son angoisse chronique a diminué, même si il se ronge encore les ongles.

Le professionnel de santé irremplaçable pour aider les dyspraxiques est l'Ergothérapeute, qui exerce en milieu médical ou médicalisé, mais n'est pas reconnu par la sécurité sociale française lorsqu'il (elle) exerce en libéral, d'où un manque crucial de professionnels "en ville" pouvant intervenir auprès des jeunes dans le cadre de l'établissement scolaire ou chez eux et en contact avec l'équipe enseignante. De notre coté nous avons la grande chance que le collège où est mon fils est mené par une personne à l'écoute, qui met une salle à disposition lorsque l'Ergothérapeute vient faire une séance de travail.

Le seul moyen de lutter contre l'ignorance dont nous avons fait preuve, de faire connaître les symptômes de la dyspraxie, c'est la diffusion de l'information. A l'hôpital, les documents qui nous sont donnés sont diffusés par DMF, une association qui édite affiches et plaquettes à ses frais. Bien entendu nous avons adhéré à cette association, c'est à eux que je dois les documents que j'ai pu transmettre aux enseignants.

Je vous invite à une visite sur leur site, à faire connaître ce handicap aux enseignants et futurs enseignants (ou toute personne travaillant auprès d'enfants) que vous avez autour de vous, à lire la lettre ouverte et éventuellement la signer. Merci de m'avoir lue, maintenant, s'il vous plaît, cliquez sur le logo ci-dessous :
                              




Commenter cet article

Jo 16/09/2009 21:56

Je viens de lire votre billet, très touchant, j'en suis émue. Chacune de nous a sa part d'épreuve, plus ou moins importante. Courage, amicalement. Jo

melvi013 07/09/2009 06:45

bonjour je suis maman d'un petit garçon de 9 ans et comme le votre les petites choses de la vie quottidienne lui sont penible comme l'ecriture l'accident pour les toilettes courants quand il est stresser il ne sait toujour pas faire ces lacets par contre avec un ordinateur dans les doigts c'est un surdoué comme beaucoup de parents je pense on a penser qu'il etait feignant l'institutrice m'avait parler de dyspraxie a la fin de l'année scolaire mais je n'avait pas accrocher je vous remercie 100000000 fois grace a votre article j'ai enfin mis en route le processus je le fais tester prochainement en vous remerciant du fond du coeur amicalement melvi

fernandes 05/09/2009 20:51

moi je suis maman d un petit garcon theo dvs je voudrais porter mon temoignage car mon fils a ete detecter a 3ans et aujourd hui ila 5 ans et ses progres sont  fenomenal on a eu de la chance  d avoir une institutrise qui a vu cet handicap moi j espere qui aura bientot des testes a la maternel pour que d autres enfants soit diagnostique comme mon fils j espere que se temoignage donnera l espoire

Emmanuelle 04/09/2009 20:38

J'ai été très émue à la lecture de ton article, Sylvie. C'est un handicap certainement peu connu de ceux qui n'en sont pas touchés directement, et l'on comprend le désarroi qui peut s'emparer des proches face à leurs réactions... J'ai dans ma famille de jeunes institutrices, je vais leur envoyer le lien vers le site dont tu parles. Bises et bon courage à vous.

Gaëlle 04/09/2009 18:59

Ton article très touchant m'a permis de découvrir un handicap complètement inconnu jusqu'à présent! C'est si difficile d'être parents parfois, surtout quand on se heurte à l'incompréhension ou la bêtise de certains, surtout des adultes soi-disant responsables, mais c'est tellement important d'aider nos enfants à s'accepter tels qu'ils sont...Bisous et merci!Gaëlle